Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:38

Scandales à rebondissements, vase de Pandore de l'argent public jeté par les fenêtres.

L'attrait de la course au pouvoir puis de sa conservation étant à son comble, vu les prébendes par ondes généreuses et les deniers ruisselants qui en découlent, je ne crois guère à l'efficacité de tout renforcement des dispositifs en faveur de la transparence financière de la vie politique et des partis déclinés en courants, clubs, écuries, anti-chambres, "pépinières" et instituts divers.

Il y aura toujours de l'illégal ou de l'immoral à côté de l'officiel. Tant que les conditions ne changeront pas, la fraude et le gâchis seront les maladies nosocomiales des mandats. Et je ne parle pas des emplois fictifs, des copains qu'il faut recaser, des scrutins de listes laxistes, des commissions bidules inutiles pour donner des hochets rémunérateurs, etc...

Je peux heurter mes amis politiques, y compris dans mon propre camp.

C'est simple: il faut que la politique cesse d'être un métier à l'infini, dans le temps et dans l'espace, c'est-à-dire qu'il faut pouvoir y entrer depuis le privé aussi aisément que depuis le public et en sortir sans souci pour recouvrer un statut professionnel et social non-politique qui soit évidemment reconnaissant de l'expérience acquise; certes beaucoup n'ont rien fait avant la politique et ils ne pourraient rien réintégrer selon ce schéma ...

Redonner le pouvoir au peuple, que ses représentants en soient réellement issus.

Dix-douze ans de vie politique me paraît un seuil correct. Passer la main, faire entrer d'autres générations, d'autres parcours, d'autres formations initiales, d'autres métiers. De l'oxygène, de la clarté: c'est le mouvement, le renouvellement des gens qui éviteront les dérives, les abus. Et, comme pour les fonctionnaires d'autorité, quitter son poste après un inventaire contradictoire de son activité et de son budget.

Hymne à l'éthique et tout le saint  frusquin républicain solennel seront vains tant que l'on n'aura pas mis fin au bipartisme global mortifère, au cumul des mandats et au quinquennat. Commençons par un septennat non renouvelable, ce sera un signe fort de non appropriation du pouvoir, de non privatisation du pouvoir. L'exemple vient d'en haut.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires