Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 05:56

Ah! Revoilà le temps pourri, humide et froid de l'Ascension. Avec des bouts de soleil parfois, un peu malade.

Oh, j'aime cette fête religieuse si particulière qui est le pendant ascensionnel de Noël, dans l'autre sens. Si la tête passe au Ciel, le reste, nous, y passera aussi, comme un céleste accouchement.

Mais, en ces temps-là de ma jeunesse, avec la même météo, c'était le ballon rond qui signait notre fête de l'Ascension entre potes, et nous nous retrouvions en Deux-Sèvres ("nous descendions pour l'Ascension!"), de préférence à Celles sur Belle, pour affronter dans le vent froid et pluvieux des équipes rustiques et rugueuses qui ne comprenaient rien au football léché et théorique qui était le nôtre. Que je joue dans le champ ou dans les buts, malgré mes détentes horizontales et spectaculaires (bien qu'à contre-temps), nous nous retrouvions dans les premiers perdants, contraints rapidement à des consolantes face à des adversaires encore plus brutaux que les précédents.

Nous nous donnions des noms que le speaker avait du mal à retenir: les Gladiateurs électriques, l'Olympique Assiette, etc... on sentait le poids de l'Antiquité!

Mais je garde de ce temps la nostalgie, toujours, de notre éternelle jeunesse, de la gratuité de l'amitié foncière, du rêve footballistique que je conserve encore quotidiennement. Je me voyais alors en Patrick Revelli, louvoyant en zigs-zags risqués, et perdus, contre la main-courante et sous les moqueries rurales. Alain se souvenait qu'il avait joué avec Vézir, Larios et Lacuesta, Patrice avait encore le coup de patte de Kopa qu'il côtoyait le dimanche matin sur un stabilisé à Angers, le Loulou jouait sans discontinuer sa diagonale du fou et quelques potes de Verrines, à côté, complétaient la phalange de leurs talents.

Tournois de sixte, l'éternelle jeunesse...

 

Je garde, au fond de mon jardin, un terrain de football de dimension tournoi de sixte, avec de vrais buts en fer, que je tonds avec application, y rêvant de dribbles, de centres, de tirs au ras du poteau, de ballons finissant doucement dans la cage aux pâquerettes -comme en ce moment-. Oui, éternelle jeunesse...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires