Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 18:05

Les frimas de novembre me font penser aux labours de jadis, quand les percherons blancs et gris rentraient à l'écurie, fumants, lourds, dans la nuit commençante.  L'étoile du berger, Vénus. Je garde ce souvenir des bruits et des odeurs. La paille chaude et réconfortante, celle de la Crèche, déversée à la fourche sonore, rasssurait mon coeur d'enfant et j'apprenais à  bouchonner méticuleusement ces mastodontes, L'Ami et Mouton, qui me connaissaient et me toléraient. J'entends le bruit du seau métallique sur le ciment et le chuintement de leurs bouches, oui, des bouches, comment dire autrement, tant ils m'étaient chers?

Près de la table où j'écris ces lignes, le fouet tressé de l'homme qui les guidait, au mot plus qu'à la lanière; en bas, dans mon petit musée, les harnais, les oreillères, les herses.

Les vêtements de travail n'étaient pas ceux d'aujourd'hui et le pantalon de cote en velours séchait devant la cheminée immense.

Autres odeurs: celle du civet de lièvre, cuisant lentement sur la cuisinière à la chaleur  ininterrompue, celle du pain de quatre, énorme, qu'apportait le boulanger de Saint Sauveur dans son Estafette Renault, celle des pommes cuites au four, repas éternels de l'automne agricole. Tintement des chopines de piquette sur le porte-bouteilles en zinc, bruit discret des couverts contre l'assiette. Beaucoup de silence, en fait.

Je rentrais de l'école élémentaire et c'était fête que d'aller à la ferme familiale (certes, la transmission des betteraves glaciales à la manière d'un 9 de rugby me reste un peu pénible).

Ce soir, j'ouvre la porte, le froid me saisit, je replace quelques tisons, le feu redémarre.

Racines.

J'ai 10 ans. Souchon, souchons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires