Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 08:59

On nous obligea jadis, au lycée, à lire des livres qui nous restaient sur le gosier par leur longueur et leur indigestion pour nos âmes ignorantes et incultes; en prose je pense à Madame Bovary pour Flaubert, à César Birotteau pour Balzac, en vers aux Fourberies de Scapin de Molière, sans parler des tragédies de Corneille et Racine. Et encore, à cette époque-là, sans télé souvent, bien sûr sans ordinateur, sans video, on lisait tous peu ou prou. J'imagine aujourd'hui, quand les "classiques" ont  cédé devant les coupures de magazines, par complaisance et laxisme ...

Je viens de relire, coup sur coup, Madame Bovary et les Fourberies de Scapin: Scapin, pour un juriste, c'est le bonheur, les passages procéduraux sont épatants, comme on disait dans les années 60. Et Madame Bovary, quel régal, quel scalpel du coeur et du corps par un Flaubert élévé dans l'hôpital de Rouen. Mon édition contenait en plus le procès de Flaubert à la suite pour outrage aux bonnes moeurs, avec la plaidoirie exceptionnelle de son avocat, et une sentence, la relaxe, motivée d'étrange manière, du style "on vous relaxe, mais ne recommencez pas!". J'avais un vieux collègue, un sage, ancien avocat, qui procédait ainsi. Une des leçons que je tire de ces lectures, c'est  qu'il faut aller soi-même au texte et  ne pas vivre sur les acquis des autres: par exemple le docteur (officier  de santé) Charles Bovary, présenté généralement  comme un niais inintéressant, est en fait un homme juste, bon, aimant, aux qualités humaines indéniables. Et qu'il serait pertinent de relire les Plaideurs de Racine à l'aune des Fourberies de Scapin de Molière, tant les "passerelles" sont évidentes. Ah! C'est maintenant qu'il faudrait retourner au lycée, avec l'expérience de la vie et de la lecture! Voilà un beau projet: le lycée perpétuel ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires