Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 03:35

Deux feux ont illuminé Châtellerault samedi dernier: le premier en fin d'après-midi sur la place Henri Roy de Châteauneuf dans lequel le Bonhomme Carnaval a cramé avec tous les soucis et les mauvaises pensées de l'hiver avant d'entrer dans le printemps, nécessairement meilleur; le second vers 21h 30 sur le parvis de Sainte Marie d'Ozon lors de la veillée pascale annonciatrice de la Résurrection du Christ le lendemain matin, nécessairement la sortie des ténèbres vers la lumière.

Les hommes, croyants ou non, ont besoin de rituels, notamment de sortie d'une saison difficile pour entrer dans une autre, espérée bonne. Ainsi les Rameaux, avec la verdeur du buis en fleurs, jouent-ils sur les deux tableaux, profane et sacré.

Une différence de taille néanmoins entre ces deux feux: le feu de Carnaval est un feu qui meurt dans la cendre du jour même, c'est un feu de condamnation, le feu de la veillée pascale est au contraire un feu de vie, qui se transmet  par la propagation des flammes des petits cierges de chacun et par le départ vers chaque paroisse des cierges pascals allumés au cierge pascal premier, lesquels brûleront dans chaque église aux sacrements majeurs des chrétiens (baptême, mariage et funérailles -qui ne sont cependant pas un sacrement-). Un feu qui ne meurt pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires