Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 07:59

En 2008 Jean-Pierre Abelin fut candidat involontaire, à l'insu de son plein gré, et vainqueur par défaut; intra muros sur Châtellerault aux législatives de 2012, face à Véronique Massonneau qui ne fut pourtant soutenue par toute la gauche qu'entre les deux tours, il perd à 55/45% des voix; 10 points à remonter en deux ans? Difficilement réalisable. Il n'est plus conseiller général et cette mairie de Châtellerault fut vraiment pour lui un cadeau empoisonné. Il "tuait le père", mais à quel prix...

En 2014, du coup, ce n'est plus la même chanson; forcé et contraint, pendant six ans il a probablement bossé, et légitimement il ne voudrait pas que ce fût pour rien, d'autant qu'il a pu introduire sa fille dans le système politique, directrice de cabinet, puis conseillère régionale par la bénédiction du scrutin de liste, ni vue ni connue.

Si Jean-Pierre Abelin perd le 30 mars (le 23 c'est peut-être un peu juste, à 4 listes!), c'est toute une génération politique implantée à Châtellerault qui perd l'ancrage et l'influence directe ou indirecte sur la ville -grand-père, grand-mère, père, fille- car le conseil régional reste encore assez éloigné de nos habitants et Véronique Abelin siège pour l'heure dans la minorité d'opposition.

Le pouvoir, c'est bien sûr la représentation, dans les deux sens du terme (le mandat, le paraître), mais c'est également l'influence supposée, une manière de vivre, un agenda, des rubans à couper, des mains à serrer, des accolades. Vous imaginez, pour Jean-Pierre Abelin, malgré l'âge de la retraite (ou à cause de lui!),  si tout s'arrêtait d'un seul coup, après une vie politique ininterrompue depuis 1977?

Alors on le sent, la campagne va être dure, âpre, et les moyens intellectuels utilisés par le camp abeliniste, pour ne parler que de ceux-là, vont en estomaquer plus d'un par leur culot. C'est en effet quitte ou double!

Nous, nous ne viendrons pas sur ce terrain-là, nous avons un projet d'intérêt général, qui n'est pas pour nous-mêmes au sens existentiel ni pour notre paraître; j'en suis, modestement, la parfaite illustration.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires