Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 05:57

Le Ministre de l'Education nationale lance le chantier de la notation des élèves, éternel serpent de mer.

Il est certain qu'au moment où les contenus pédagogiques se dissolvent la question de la notation perd de sa validité ...

Mais il est vrai que la notation est toujours perçue non seulement comme pédagogiquement sanctionnatrice, ce qui serait son rôle, mais surtout "pénalisante" et stigmatisante, discriminatoire et décourageante pour tout dire, dans une période générale d'euphémisme, de laxisme, de prévenance et de non-contrariété.

Certes, il y a eu des abus humiliants, des "facilités" rédactionnelles d'appréciation imbuvables, des commentaires odieux. Des orientations, des redoublements, des exclusions ont été le fait de l'arbitraire. Cela doit se travailler, c'est évident, et ne plus se reproduire.

J'aimerais surtout que l'on s'intéresse à l'évaluation dans la durée, la plus juste, la plus pertinente possible, pour tout enfant et que l'on puisse déceler, en chacun et en chacune, les qualités indéniables qu'il ou elle a en lui, soit déjà à l'oeuvre, soit en gestation. 

C'est une question de justice individuelle: inutile d'assommer certains avec du maïs pédagogique ingurgité de force comme à des oies dont l'alimentation contrainte les fait souffrir, fait souffrir leurs congénérères plus doués qui attendent à cause d'eux, fait souffrir la communauté éducative et les parents, alors qu'ils peuvent être doués indubitablement pour le bois, le chant, la peinture, le fer, la cuisine, le jeu, le sport, etc ... et qu'ils pourraient en faire un jour leurs fruits.

C'est une question  d'avenir du pays dès lors que nous aurons sur le marché beaucoup moins de jeunes inopérants, illettrés ou quasiment, ou titulaires de diplômes sur le fond usurpés et attribués avec légèreté; aujourd'hui tant d'emplois techniques ne sont pas pourvus, à côté de cohortes qui ne savent ni lire ni compter,  mais aussi ni tenir un marteau, un rabot, un pinceau, un mixer ou un chalumeau.

Que le débat ne soit pas que cosmétique sur la surface de la notation mais de fond sur: à quoi sert l'école, que fera-t-on de sa vie après l'école?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires