Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 19:00

Avec le recul de plus de 30 ans au sein du Ministère de la justice -administration pénitentiaire puis services judiciaires- je crois avoir quelques idées sur la question.

Longtemps, la justice des majeurs s'est inspirée de la justice des mineurs, notamment en matière de connaissance de la personne jugée (enquête sociale, expertise psychiatrique ou examen psychologique); mais elle n'est pas allée au bout de certains emprunts.

Je pense en particulier aux centres  éducatifs renforcés et aux centres éducatifs fermés, qui sont la "case" dissuasive avant la prison, qui forment l'espérance de ne pas y tomber un jour; il n'y a pas d'équivalent pour les majeurs, et c'est dommage. En effet, l'immense majorité des condamnés incarcérés n'aspire pas à l'évasion et les coûteux miradors (en matériels et en occupation humaine) sont peu "rentables" de fait.

Il vaudrait mieux consacrer partie de l'argent englouti dans l'immobilier sécuritaire classique à des projets que j'appelle des "hôtels pénitentiaires" -certes fermés ou semi-fermés-, à petits effectifs, qui viseraient avec un personnel pluridisciplinaire motivé un travail d'insertion véritable (hygiène, horaires, politesse, formation, budget, cuisine, éducation, travail, psychologie, approche de l'alcoolisme, de la toxicomanie, sports, liens familiaux, etc...). 

La prison, qui reste indubitablement un échec de la société, ne garderait que les cas posant réellement problème, soit par la durée de la peine, soit par la dangerosité supposée ou réelle, soit par la nécessité de préserver l'extérieur; mais, déchargé des situations transférées en "hôtels pénitentaires", ce qui se ferait en prison serait de fait plus personnalisé et plus attentif.

J'attends, un jour, ce vrai débat de civilisation: le sens de la peine. Que signifie aujourd'hui, dans nos sociétés, la privation de liberté?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires