Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 01:07

Où était-elle, notre jeunesse châtelleraudaise, les deux dimanches précédents? -je parle des jeunes de 18 à 35 ans-.

Elle n'était pas dans les bureaux de vote, sauf rares exceptions de déplacements en famille; elle s'agite sur les réseaux sociaux, dans le monde virtuel, elle  a "beaucoup d'amis" (beaucoup d'"appelés" mais peu d'élus!) et elle n'est pas dans la vraie vie si on considère que la chose publique est la vraie vie commune. Alors qu'elle souffre. Et qu'elle a de la richesse.

Le vote a été fait par des aînés qui ne lisent que le journal, essentiellement pour les avis d'obsèques et les buts marqués par Senillé à Archigny. Que lit notre jeunesse?

C'est dommage, quand je pense, chez les femmes, à l'engagement noble et droit, entier, de quelqu'un comme Soraya Lansari-Capraz dans notre équipe, et, chez les hommes, à Pierre Massonneau, à Sylvain Piaud, à David Simon qui se décarcassent et veulent que notre jeunesse ne soit pas reléguée dans la désespérance et le sentiment d'inutilité.

Je me remets à lire Jules Romains, l'auteur des Hommes de bonne volonté; j'ai, entre les mains (et il m' a fallu couper au couteau  les pages encore pliées depuis 1945) "Retrouver la foi", réunion de conférences faites pendant la guerre, et, en fin de celle intitulée "contre un défaitisme de l'idéal", sur la jeunesse, je lis ceci:

"Tout au contraire, j'aimerais pouvoir lui donner un bain de fierté. Et ce n'est pas moi non plus qui dirai aux jeunes qu'ils n'ont plus besoin de nous. Car je pense tout l'opposé. Je pense que sans eux nous serions les derniers serviteurs d'une foi morte, mais que sans nous ils seraient des enfants perdus."

Et je découvre au même moment le message d'une jeune femme d'aujourd'hui, Léa Frédéval, qui vient de publier chez Bayard "Les Affamés": "Nous ne demandons pas la lune mais une porte ouverte et de la bienveillance. Nous n'avons qu'une envie: participer, être utile à la société. De toute façon, l'avenir passe par nous. Mais, sans vous, nous ne pouvons rien faire...". Comme en écho superbe à 70 ans d'intervalle.

Notre jeunesse. "Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà, de ta jeunesse?", comme disait le poète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires