Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 05:09

On pousse des cris indignés quant aux scandales de matchs truqués dans le football français qu'on feint de découvrir  (ligue 2 pour le moment).

Mais des matchs truqués, on en a tous connus depuis toujours, aux niveaux les plus humbles des championnats locaux, soit qu'on s'entende pour sauver l'un ou l'autre des protagonistes en lice,  ou les deux, par un nul opportun ou un score historiquement abondant (style 7-2), soit qu'on s'entende pour, à distance, sauver un club ami ou enfoncer un club ennemi en négociant entre soi son propre résultat; et ne parlons  pas des forfaits de fin de saison de la 2 pour sauver la 3, qui faussent la compétition.

Dans les équipes de jeunes, les dirigeants se connaissant, idem.

La plupart du temps, à ce niveau-là, il n'y pas d'argent à la clé, que de l'esprit mafieux de seconde zone, l'apprentissage de la corruption ordinaire.

Le score peut donc être faussé par connivence (étymologiquement: cligner de l'oeil) mais aussi par un investissement soudain démesuré de l'une des formations par rapport à son comportement habituel.

Ainsi je me souviens, en 87-88, quand le SOC était en seconde division, en fin de saison, de drôles de scores dans le midi et, simultanément, d'un acharnement étonnant de certaines équipes à la Montée rouge alors que, pour elles-mêmes, elles n'avaient rien à perdre ou à gagner, sinon que la défaite du SOC sur son terrain rendait service à d'autres, ailleurs ...

Comme à l'époque l'équipe sociste s'entre déchirait secrètement, la tâche était rendue aisée pour les visiteurs.

En politique, on sait aussi trouver des candidats de circonstance qui entrent dans le jeu juste pour pomper des voix à un adversaire X au profit de l'adversaire Y. Qui s'en offusque?

Humain, trop humain, aurait dit le philosophe allemand bien connu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires