Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 00:25

La Loterie nationale française a pris son essor le 7 novembre 1933 pour financer l'aide aux "gueules cassées" de 1914-1918, les retraites des anciens combattants et l'indemnisation des sinistres causés par les calamités agricoles.

Le jeu a prospéré et fait rêver.

Depuis 1991, à la suite de France Loto où l'Etat était majoritaire, c'est la Française des Jeux, FDJ -ça passe mieux- qui gère ce fabuleux jack-pot., amplifié depuis 2000 par les jeux de grattage puis le numérique.

Merci pour FDJ, en pleine crise économique, sociale et morale, qui a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires record de 121 milliards d'euros pour ... 26,3 millions de joueurs... quand même!

65 % des mises retournent aux joueurs, l'Etat empoche 24% tranquillos, et FDG garde 5%. Les buralistes qui ont une commission de 6% via FDG voient d'un mauvais oeil les paris en ligne ouverts à la concurrence...

Dans une ville comme Châtellerault,  qui souffre terriblement, un très bel emplacement commercial journaux, FDJ, tabacs va chercher autour de 500 000 euros. C'est beaucoup plus qu'un fonds de boucherie- charcuterie, cela va de soi, même quand le boucher fait crédit pour que son client tente sa chance, en début de mois, au grattage de la FDJ.

Ah, au fait, les 24% de l'Etat ne vont plus aux "gueules cassées", puisque tous les combattants de 14-18 sont morts et qu'il y a de moins en moins d'anciens combattants... Alors, à qui?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires