Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 20:54

La Nouvelle République du 02/05/2013 :


A la suite de la parution de notre dossier sur les loyers commerciaux (lire notre édition de mardi), Gilles Michaud, conseiller municipal d'opposition (Parti radical de gauche), nous a fait parvenir le texte qu'il a envoyé pour paraître dans le prochain magazine municipal : « Beaucoup de nos commerces ont tiré le rideau et des rues quasi entières sont mitées par des boutiques abandonnées. Certains locaux commerciaux sont aussi chers qu'à Poitiers, où la chalandise est pourtant largement supérieure. Beaucoup sont d'ailleurs la propriété de mêmes personnes physiques ou morales qui ne peuvent ignorer ce phénomène. L'attractivité périphérique des galeries marchandes n'arrange évidemment rien pour le centre-ville. Quand le commerçant récemment installé a cessé de bénéficier de l'effet trompeur des subventions des collectivités et de l'allégement des charges la première année et qu'il se trouve confronté aux échéances de sa franchise commerciale nationale, du loyer et des charges, le rêve cesse et la réalité économique le rattrape. Il réalise alors que le loyer est trop cher. Il existe bien une Commission départementale de conciliation des loyers commerciaux, prévue par la loi, mais il nous semblerait judicieux d'en concevoir une localement, amiable et paritaire bien sûr, présidée par une personne qualifiée, insoupçonnable, avec un avis consultatif de l'élu en charge du commerce et du représentant de la Chambre de commerce et d'industrie. En effet, très souvent, le commerçant en difficulté n'ose pas montrer qu'il l'est. Il attend le dernier moment et il est alors trop tard pour intervenir utilement. Cette structure de proximité l'y aiderait. L'enjeu est de taille puisque la pérennité du commerce intra muros conditionne aussi l'envie d'habiter en ville ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Vu dans la presse
commenter cet article

commentaires