Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 03:34

Ah! Les fameux pigeons reviennent sur le tapis en même temps qu'ils restent sur les toits de la ville.

Voyez Saint Jacques, Châteauneuf (le zinc de l'église et les ardoises de la maison à côté du Bounty où ils sèchent par centaines), les toits du centre ville; ils entrent en multitude dans les étages aux fenêtres ouvertes et abandonnées (1), y pondent, y nichent, avec des déjections par mètres cubes, dont l'acide favorise le développement des parasites et l'assèchement les risques d'incendie; les pigeons détériorent aussi la pierre de tuffe qu'ils ingurgitent pour leur gésier.

Mais ces volatiles vont bien au-delà du centre ville,  on les voit par exemple au Petit Bordeaux installés en nombre dans le clocheton d'ardoises d'une ancienne brasserie à bière; certains retournent en groupes dormir vers Saint Sauveur après leur journée de travail en ville (donc pas si ramiers que ça!).

Mon programme 2008 s'attaquait à ce sujet; il semble qu'il y ait eu installation d'un pigeonnier entre la patinoire et les anciennes maisons du barrage EDF, mais c'est peu.

Certes l'entretien d'un pigeonnier dit municipal coûte environ 6 500 euros par an, et les campagnes de capture, quand il y en a, environ 3 500 euros, soit en gros 10 000 euros (33 centimes par habitant).

L'objectif de l'installation d'un pigeonnier, c'est la stérilisation des oeufs et l'alimentation en graines contraceptives, ce n'est donc pas rien en termes de prévention.

Tant pis pour Prévert et ceux qui, assis sur un banc public,  donnent des miettes à ces mignons volants.

Je connais un poète qui proteste!

 

(1) C'est donc toute une politique de lutte contre l''habitat dégradé qui doit se mettre en place, l'activité nuisible des pigeons n'étant que l'un des  signes extérieurs de l'abandon immobilier progressif du centre ville.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires