Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 04:46

Pour renflouer a minima les caisses vidées par la politique sarkoziste soutenue par Jean-Pierre Abelin, le gouvernement Ayrault a eu beaucoup recours à l'impôt, notamment par une forte augmentation de la fiscalité dans la loi de finances rectificative 2012 et dans le budget 2013, jusqu'à provoquer le fameux "ras-le-bol fiscal". Sarkozy avait déjà multiplié par (dé)enchantement le nombre de taxes sur ceci, sur cela.

Dès juillet 2012, le PRG à l'Assemblée nationale avait demandé que l'on privilégie plutôt la réduction de la dépense publique: nous sommes le 2ème pays de l'OCDE après le Danemark à avoir un pourcentage aussi élevé de prélévements obligatoires par rapport au PIB .... 46%!!!

Enfin, dans le budget 2014, le gouvernement a cherché à réduire la dépense publique de 15 milliards d'euros. Mais, de l'autre main, la hausse de la TVA  -"l'impôt injuste"...- au 1er janvier 2014 fera rentrer 6,5 milliards d'euros par an, au détriment du pouvoir d'achat des ménages et de la reprise possible par la consommation.

Ce n'est qu'à la suite d'une intervention télévisée sur TF1 de Roger-Gérard Schwartzenberg le 26 octobre 2013 suivie le même jour d'une discussion "perso" de RGS avec Bernard Cazeneuve, ministre du budget, que celui-ci renoncera au projet de loi de financement de la sécurité sociale qui prévoyait le relèvement à 15,5% de la fiscalité sur le PEL, le PEA et l'épargne salariale, touchant ainsi les ménages moyens et modestes. Ouf...

Tout cela, tous ces errements comptables du gouvernement sous la houlette du président, plus le reste, a fatigué l'opinion et l'écho s'en est ressenti dans les urnes dimanche dernier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires