Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 07:23

Une fois le bruit de la sonnette entendu (des fois il n'y a rien pour se manifester), on attend:

- il n'y a personne en vrai; on laisse un mot;

- il n'y a faussement personne (le chien a aboyé, une lumière s'est éteinte, on a "boulité" à la fenêtre des WC); on sonne encore un peu, puis on laisse un mot;

- ça ouvre, on est couvert d'insultes (je me souviens en 2004 avec Gilbert Guérineau: "Vous n'êtes que des m..., retournez sur le trottoir où est votre place". Oups....);  ou bien "Vous êtes les mêmes, tous pourris, y'a que l'argent qui vous intéresse"; ce n'est pas dans ma nature mais comme je me fâche une fois par an, ça peut tomber à ce moment-là;

- ça ouvre; refus sec, majoritairement féminin: "je ne fais pas de politique, cela ne m'intéresse pas";

- ça ouvre; refus plus aimable, uniquement féminin (pour l'instant...): "Mon mari n'est pas rentré"; on donne notre prospectus et on part;

- ça ouvre, on se présente,  mais la personne répond qu'elle vote à droite, que nous sommes bien gentils, que ça ne changera rien à ses opinions, etc... on ne discute pas,  mais on laisse le prospectus par politesse;

- ça ouvre et on accepte de nous faire entrer: première variante, assez courte, on reste debout dans l'entrée -pas bon-; deuxième variante, -meilleure- on peut être assis, c'est mieux pour parler, souvent de tout et de rien et peu de politique; troisième variante -on progresse-, il faut visiter le jardin et la plante très rare qui se trouve dans la serre; quatrième variante -on tient le morceau!-  "vous allez bien boire quelque chose?!": acceptez! L'élection passe par là, y compris par l'absorption de breuvages dignes des Tontons flingueurs ("on dirait qu'il y a de la pomme" (...) "y'en a"). Le refus serait mal vu, comme de dire "j'ai connu une polonaise qui en prenait au petit déjeuner"... Non, non, c'était excellent.

Je confesse que mon métier de magistrat m'a beaucoup fait entrer dans des logements, parfois contre le gré des gens, et que l'intrusion dans une intimité  est toujours pour moi un événement à part (on voit de tout, et on voit tout de la vie des habitants du lieu; objets perso, photos, souvenirs, décoration, ...); ce n'est jamais un moment anodin.

Le mystère incarné de l'élection.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires