Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 05:41

On ne vit pas de la politique sans interruption depuis 1977 au moins -sans compter les années de "formation" au sein de la famille- sans risquer le pari confortable de la dépolitisation pour être réélu. C'est le tour de force et d'intelligence qu'a réussi Jean-Pierre Abelin pour être de nouveau maire de Châtellerault cette année alors que les pronostics locaux lui étaient plutôt défavorables.

Il n'y a pas eu que le "contre-effet Hollande" mais bien d'abord une habileté à s'inscrire NATURELLEMENT aux commandes de la Ville en s'abstrayant de toute idéologie, même modérée, pour ne faire que dans le gestionnaire et le visible (voirie, béton, "déplacements immobiliers", pas beaucoup de "panem" mais beaucop de "circenses"); à côté, par exemple, l'enjeu vital de la démocratie de proximité ne pesait rien et doublement rien ( 1- les gens délèguent tout , "on vous a élus pour ça", 2- à quoi bon des contre-pouvoirs alors que plus de la moitié des gens ne votent pas au principal?).

L'idée pourtant éclatante et enfin rassurante politiquement que des écologistes, des communistes, des socialistes et des radicaux fassent alliance pour gouverner la Ville signait malheureusement d'entrée -et nous ne le savions pas- la mort dans l'oeuf d'un tel projet qui prétendait redonner  à la démocratie politique ses lettres ... de noblesse -si l'on peut dire ...-.

Jean-Pierre Abelin, insidieusement, par un timing ciblé d'inaugurations au cordeau sexagénaire et plus, avait modifié la règle du jeu: il jouait simplement aux dames pour ne pas dire aux billes pendant que nous jouions intellectuellement aux échecs.

Comment combattre désormais sur six ans ("oh putain six ans!") l'inintérêt politique collectif chronique et l'installation héréditaire (père, mère, fils) du pouvoir local avec en ligne de mire pour celui-ci la préparation à l'accession de la quatrième génération?

C'est là le piège au long cours de la dépolitisation. Ajoutons-y le fait que dans l'inconscient historique français qui ne s'est pas affranchi de l'Ancien régime -"not' bon maître"-, la gauche reste toujours illégitime à gouverner et quand elle accède aux responsabilités y est taxée plus aisément d'incompétence que la droite, qui elle, bien sûr, ne fait pas de politique, puisqu'elle y est naturellement autorisée sinon ointe depuis toujours.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires