Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 14:13

Ulysse le gros, que les enfants appelaient Grossius, est mort; ce chat était le plus jeune des trois de la maison, né de la chatte Thémis; il avait 13 ans.

Des trois, Ulysse était celui qui s'était le moins embourgeoisé bien qu'il naquît dans une chambre même de l'habitation; un dur, roi de la route jusqu'au crissement de pneus, chasseur de lapereaux sauvages, disparaissant plusieurs jours; quand il faisait soleil il aimait se mettre sur la terrasse comme un humain, couché sur le dos, les quatre pattes écartées, tranquille.

Ces derniers temps, il s'était mis à combattre les rats "maousses" qui encombrent par centaines les dépendances et les caves de voisins proches qui s'en accommodent semble-t-il; Ulysse revenait empoussiéré, sanguinolant comme un boxeur, se reposait et repartait, disparaissait.

Mais il s'est mis à maigrir et s'alimentait de moins en moins, sa gueule semblait blessée, mais Ulysse en avait vu tant d'autres que nous ne nous sommes pas inquiétés davantage, jusqu'à hier soir où il fit pitié, les yeux clos, un sale liquide au ras des lèvres, immobile dans le jardin, au soleil.

Lui qui ne connaissait pas le vétérinaire le vit hélas pour la première et la dernière fois; immobile sur mes genoux, il ne protesta pas quand un chien vint fanfaronner dans la salle d'attente, contre mes jambes.

Ulysse était mourant, la langue déformée par une tumeur infectée et incurable due probablement à une morsure de rat.

Nous primes la décision ensemble, je caressais sa tête d'avant en arrière, avec affection, ses yeux devinrent beaux, très beaux, verts.

Ulysse refit le chemin en voiture, enroulé dans un linge.

Le coeur gros, j'ai pris ma bêche et j'ai déposé Grossius encore souple à côté de Chéops, la chatte des enfants, disparue il y a 13 ans; Ulysse repose en son jardin, où il régnait.

Thémis, sa mère, qu'il malmenait pourtant, est désorientée, entre, sort, cherche.

Oui, les animaux ne sont pas que biens meubles, ce sont, ô combien, des "êtres sensibles"; le petit chat est mort et toute la maison souffre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires