Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 06:00

Étrange conjonction des activités d’un week-end entre la lecture de l’excellent ouvrage de Madame CERISIER-MILLET consacré aux “Mariniers de la Loire et de la Vienne aux 18 ème et 19 ème siècles - CHATELLERAULT port d’attache” et une escapade en terre rabelaisienne avec la visite à LERNE (très près de la Vienne et de ROIFFE) du centre historique de la boule de fort.


La boule de fort est un sport très particulier, géographiquement localisé en Loire-Atlantique, Maine et Loire surtout et partie ouest de l’Indre et Loire (CHINON, LERNE), qui se joue sur un terrain couvert entre 18 et 24 mètres de long et 5 à 6 mètres de large présentant la particularité d’être concave comme le fond d’une péniche ou d’un bateau; le fort est une boule aujourd’hui en matière synthétique mais jadis en bois, cerclée de fer, ayant un côté plombé (le fort) et un côté faible, pesant entre 1,2 et 1,5 kg; il faut s’approcher d’une boule appelée le maître, comme à la pétanque en quelque sorte; la configuration concave du terrain et le déséquilibre du poids de la boule obligent les joueurs à des contorsions de trajectoire et à des spéculations géométriques osées pour parvenir au meilleur emplacement avec une progression de la boule extrêmement lente, un peu dans le style curling; il y faut du temps et de la patience. Les parties, en onze ou treize points (avec l’hommage éventuel au postérieur de Fanny), peuvent durer plusieurs heures.

 

Les origines en sont incertaines mais je les imagine d’une part anglaises car longtemps les sociétés animatrices de ce jeu (“La philanthropique, L’amitié, La paix, La fraternité, etc...”) ont été exclusivement masculines (jusqu’à il y a fort peu), avec un règlement strict (pas de discussions politiques ou religieuses, comportement vestimentaire et verbal correct, etc...) et d’autre part rattachées à la batellerie (par le fond concave du terrain rappelant celui des bateaux); Madame CERISIER-MILLET y fait directement allusion dans son livre.

 

Chaque société est dotée d’un bar qui fait vivre la trésorerie et entretient l’amitié; le rosé frais d’Anjou y est privilégié.

 

Tiens, si la Ville ne retient pas mon idée d’une guinguette sur le site de la patinoire, celle d’un boulodrome de boule de fort, référence à notre passé marinier, y conviendrait bien.

Il y a là matière à un très beau projet pluridisciplinaire autour de la Vienne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires