Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 19:23

A terme, malgré l'opiniâtreté des Radicaux de Gauche, un peu seuls sur le sujet puisque PS et UMP ont longtemps été pour la suppression des départements, je crains que les conseils généraux  (ou départementaux) ne disparaissent vers 2020 du paysage politique.

Ils seront pris dans la tenaille annoncée des grandes régions d'une part et des intercommunalités à 20 000 habitants et plus d'autre part (pour le chauvinois dont la communauté de communes fait 13 000 habitants, il faudrait alors ajouter soit à l'ouest Vienne et Moulière, soit à l'est Pays-Val de Gartempe).

Les débats parlementaires actuels ne laisseraient pour l'heure au département que la compétence sociale et la solidarité: gérer la misère et les difficultés de la vie, de l'enfance à la vieillesse; or sur ces terrains-là, l'autorité judiciaire maîtresse est le procureur de la République, qui a, précisément et jusqu'à présent, une compétence départementale, à l'instar du juge des enfants et désormais du juge des tutelles depuis la suppression sarkozyste des "petits" tribunaux d'instance.

Ce sont ces magistrats qui, sur un territoire départemental, garantissent l'équité des procédures et des traitements des situations (bonnes conduites professionnelles, lutte contre les maltraitances, modalités des signalements, etc ...); je ne vois pas davantage comment pourrait disparaître par exemple l'unité départementale des services de l'aide sociale à l'enfance, sous la double tutelle du président du conseil général et du juge des enfants.

Les communautés de communes n'auront pas non plus me semble-t-il les effectifs en qualité et en nombre pour gérer ces sujets-là, sans parler du risque évident de la disparité des moyens, des méthodes, des éthiques et des réponses; c'est donc la gestion de la misère qui peut sauver le soldat Conseil général, le seul à même de garantir une cohérence et une justesse, en lien avec  la ... justice ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires