Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 03:27

Les Acadiens ont eu du mal à s'implanter sur Archigny avant la Révolution et partout ailleurs en France, notamment à Belle-Ile, et la plupart sont repartis.

Les mauvaises langues disent que cela faisait tant d'années que de port en port, de pensions en pensions royales, les anciens marins ou laboureurs avaient quasiment disparu au profit des oisifs, des malades ou des contestataires.

C'était oublier un peu vite les morts des chasses à l'homme dès 1749 mais surtout en 1755, ceux des naufrages en mer et des privations.

Ceux qui parvinrent si difficilement à Archigny, dont mes ancêtres Brault, et y restèrent, étaient de bonne mentalité, mais pas faciles à "manier".

En effet, en Nouvelle France, les Acadiens avaient appris la liberté par rapport à leurs aïeux du Poitou, inféodés, manants, serfs; là-bas ils devenaient propriétaires en s'installant où ils voulaient sur des terres vierges et excellentes, pêchaient le homard et le saumon pour eux,  ne payaient pas d'impôts, s'entr'aidaient, désignaient directement leurs "délégués" qui réglaient litiges et menues affaires et les représentaient devant les autorités.

A Archigny, ils retrouvèrent un pays morcelé, limité, aux terres pauvres et un régime de corvées, de taxes et de charges à l'identique de ce que leurs ancêtres avaient connu en quittant Aulnay, La Chaussée et Martaizé 150 ans plus tôt.

Ils ont porté l'Acadie dans leur coeur avec cette immense liberté.

Je suis un Acadien, je me sens terriblement Acadien dans cette diaspora spirituelle et, malgré les pérégrinations, les épreuves, les aléas politiques que j'ai connus, par analogie, je crois profondément à une "Acadie citoyenne", ici et maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires