Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 04:47

Un autre des engagements électoraux  (par les cornes?) de Jean-Pierre Abelin, fort du soutien, main serrée, de Xavier Bertrand, alors ministre du travail, était d'empêcher la fermeture du Conseil des Prud'hommes de Châtellerault. On sait ce qu'il advint après les élections...

C'était moins spectaculaire que la fermeture de l'Ecole de Gendarmerie, mais quand même.

Les Prud'hommes, c'est le lieu de la conciliation des affaires salariales entre employeurs et employés, c'est le droit dans la cité, avec la garantie de l'appel en cas de contestation, surtout quand les litiges sont vécus durement;  c'est aussi l'intervention du juge d'instance, juge professionnel, en cas de départition. Je l'ai été dans notre ville de 1991 à 1993.

Les Prud'hommes, c'est l'aspect juridique de la démocratie sociale; dans un bassin comme le nôtre, ce n'est pas rien. Ce n'était pas rien.

Exit le CPH de Châtellerault, exit aussi la promesse gouvernementale de l'époque de permettre un nombre de conseillers suffisant sur Poitiers pour absorber toutes les nouvelles affaires châtelleraudaises. Du coup, des conditions de travail lamentables pour les conseillers actuels et des salariés châtelleraudais qui renoncent à défendre leurs droits parce que Poitiers est loin, que l'adversaire a un avocat, qui demande un renvoi le jour de l'audience, puis un autre trois mois plus tard, etc...

Le risque, c'était que, dans la foulée, Châtellerault perdît son Tribunal d'instance, ce qui eut été une catastrophe pour les dossiers de tutelle, de location, de surendettement, etc... qui touchent beaucoup les petites gens, et aussi pour la paix publique avec la suppression de fait du Tribunal de police qui juge , au-delà des procédures d'excès de vitesse en auto, des affaires de violences et de voie de fait, de dégradations, etc..., bref tout ce qui embête la vie en société.

Avec mes petits moyens, en tant que candidat 2008 sans soutien politique et avec ma casquette de magistrat en Touraine, j'avais demandé à Rachida Dati, alors Garde des Sceaux, d'empêcher cette suppression dont je savais, par indiscrétion, qu'elle était "dans les tuyaux" judiciaires. Nous avons toujours le tribunal d'instance.

Donc vous pensez bien que la maison de justice sur le site De Laage, c'est, avec Michel Guérin, mon combat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires