Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 08:54

Deux jeunes artistes poitevins exposant à Châtellerault, Frédéric Pignoux et Guillaume Abdi, viennent de recevoir le prix Marguerite Moreau.

Marguerite Moreau était une femme peintre de Châtellerault, qui peignait de belles natures mortes et qui est décédée très âgée il y a des années; propriétaire d'une belle demeure à l'entrée de la rue de la Chevretterie après le carrefour d'avec la rue Jeanne d'Arc, et face à la rue du 14ème RTA, je crois qu'elle fit don à la ville de cette maison et de l'immense terrain attenant, sortant presque au pont des Naurais, qui ont fait l'objet d'une vaste opération immobilière.

J'ai rencontré Marguerite Moreau,que je ne connaissais pas, en 1990, alors que j'étais juge d'instruction.  Elle devait avoir plus de 90 ans déjà. Régis Bailly, Yves Naulet et Marcel Bourgarel se rappelleront de l'affaire.

Marguerite Moreau venait juste d'être victime de deux faux inspecteurs qui s'étaient classiquement réparti les rôles, l'un lui parlant au rez-de-chaussée, pendant que l'autre volait des petits tableaux et des objets à l'étage; le flair de nos policiers locaux en uniformes de l'époque, et de ceux en impers, qui connaissaient alors leur population, leur fit repérer ces deux individus "neufs" qui semblaient regagner presto à pied le secteur de la gare depuis la rue Augustin Neveu. Contrôle et bonne pioche. Individus connus au fichier national.  Entre temps, un comparse avait récupéré l'essentiel du butin; on ne le retrouva pas.

Marguerite Moreau reconnut nos deux "inspecteurs", qui furent placés en garde à vue et qu'on me présenta le lendemain à Poitiers pour inculpation et mandat de dépôt. Les suspects appartenaient à un certain milieu. Un brillant et célébrissime avocat parisien débarqua dans mon bureau, sans toutefois me prendre pour un paysan, ce dont je le remercie.

Nos deux individus protestèrent, ils étaient innocents et, d'ailleurs, s'ils étaient entrés sans s'annoncer dans la maison de Marguerite Moreau pour demander un renseignement quelconque (ils étaient perdus dans cette métropole), c'est qu'aucune installation annonciatrice ne leur avait permis de se manisfester avant.

Je connaissais les lieux par coeur, c'était mon secteur d'enfance et ma cousine Gisèle Archambault habitait à proximité. On ne travaillerait plus comme cela aujourd'hui... nous avons fait cortège illico à Châtellerault pour vérifier leurs dires: las! Une énorme cloche à l'ancienne trônait à l'extérieur sur le pilier d'entrée. C'était trop bête. Et pas bon pour le ténor du barreau parisien dont il devint d'ailleurs ultérieurement le bâtonnier.

Malgré leur demande éplorée d'être incarcérés ensemble, fidèle à une certaine pratique, j'en mis un à la Pierre Levée (à Poitiers) et l'autre au Sanitat (à Niort) où j'avais quelques attaches professionnelles du temps de la Centrale de Saint Maur.

J'en reviens à Marguerite Moreau: causant avec elle dans sa cuisine lors de ce fameux transport judiciaire, elle me dit que tout cela n'était pas grave, que ce n'était pas la première fois qu'on lui prenait des tableaux, et, avec une bonté simple, elle ajouta: "Bah, j'en ferai d'autres!".

Exquise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires