Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 14:08

Jean Germain, le maire de Tours, a présenté ses voeux dans le grand salon majestueux de l'Hôtel de Ville.

Il a notamment déclaré: "notre ville n'est pas un agglomérat d'habitants mais un espace de civilisation urbaine."

Voilà ce que je voudrais entendre de notre prochain maire châtelleraudais. Il le sait!

En même temps que je venais de prendre au vol ces mots de Jean Germain dans la NR 37, je terminais un petit bouquin d'Octavio Paz, écrit en 1986, L'autre voix, Poésie et fin de siècle (Arcades, Gallimard, 1992). Le grand poète mexicain, prix Nobel de littérature 1990,  disait en conclusion que" tant qu'il y aura des hommes, la poésie existera"; "(cette relation) peut donc se briser, si l'imagination vient à mourir ou à se dégrader. Si l'homme oubliait la poésie, il serait condamné à s'oublier lui-même. ll retournerait au chaos des origines."

Je crois, pour notre ville, que nous en sommes là; il faut, pour la sauver (j'ai déjà écrit là-dessus ici), une poétique de la politique (et réciproquement), c'est-à-dire qu'il lui faut un regard  ressuscitant, un regard culturel qui passe par la poésie: poésie du verbe bien sûr, mais aussi poésie de l'urbanisme, poésie de l'architecture, poésie de  la restauration de la pierre et de l'ardoise, poésie du spectacle vivant, poésie de la mémoire vivante de ses rues et de ses gens, poésie de la rivière et des îles. Un regard, aujourd'hui, c'est seulement une grille d'égout; "la voirie a tué le voir", si je puis dire. Et ce qui s'édifie est hélas édifiant: c'est laid, horriblement laid. Parce que c'est sans culture, sans poésie, sans regard.

Alors, oui, nouveau maire, dessine-moi ... une ville.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires