Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 10:45

Ce matin, l'ânesse Sultane a eu ses soins de "manucure", autrement dit la visite et le travail du maréchal avant l'hiver.

Comme d'habitude, je l'avais préparée "psychologiquement", dans le calme, le réconfort, quelques biscottes.

Mais, comme d'habitude encore, l'arrivée du professionnel en tablier de sapeur légionnaire, avec à la main ses ustensiles de torture à la Urbain Grandier, a provoqué son petit effet: Sultane part au galop et revisite les angles du pré, suivie par son inséparable compagne la brebis Dolly, qui s'époumonne. Commence alors une petite corrida sympa dont les chiffons rouges ne sont que mes éternelles biscottes et une cordelette inoffensive. C'est grand, un pré à l'herbe grasse, même à deux.

Puis, comme toujours, les négociations, les claquements de langue  gentillets et les palabres s'achèvent correctement vers son abri, sa dignité a été reconnue, elle a fait son numéro, elle se rend avec les honneurs, on n'en parlera à personne, tout est parfait.

La suite ne sera qu'une séance quasiment de salon, Sultane pliant ses membres avec amabilité et complaisance; bien sûr,  je serre son encolure, je lui parle à l'oreille, je lui dis des choses personnelles incompréhensibles pour le monde, je sonde son oeil biblique,  elle qui fut de la fuite en Egypte, je tapote ses flancs, ses naseaux, je la brosse et je lui concède, en récompense, ce qui me reste de biscottes.

Le chien se précipite goulument sur les séquelles de sabots au sol, qui sont un régal pour lui, Sultane nous montre avec vivacité comme elle est belle,  poitrail en avant; le soleil se met à éclabousser le matin froid. Un aperçu de bonheur simple et rustique. Mon Dieu, que dire? Qu'il me manque un boeuf, oui, peut-être.

Mais ne me faites pas le coup de la crèche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires