Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 16:00

Un seul petit département, par sa surface et sa population, a "basculé" à gauche lors de ce second tour des élections départementales: la Lozère.

C'est, dit-on, le fruit d'un abondant travail des élus sur le terrain depuis quinze ans et aussi le résultat d 'une mésentente ancienne de la droite. Qu'importe! Dans ce flot d'une trentaine de départements perdus, la Lozère est un soleil.

La gauche compte quand même, malgré la défaite, plus de départements qu'elle n'en avait au plus bas, en 1992-1993; c'est dire le temps qu'il faudra pour en arriver au bilan flatteur de 2011, et c'est un minimum, car la droite a engrangé des villes l'an passé, qui forment un maillage solide.

La montée du Front national en mars 2015 est due en grande partie à l'invention sarkozyste des 12,5% d'inscrits pour se maintenir au second tour, mise en place dès 2011; sinon, dans des triangulaires, la gauche avait toute sa chance, comme elle l'a prouvé quand cette configuration était possible au second tour; car pour faire plus de 12,5% des inscrits en étant troisième quand l'abstention dépasse 50%, c'est fort improbable.

On voit aussi que la Lozère jouxte ce sud-ouest massivement resté à gauche, en somme les terres d'origine du radicalisme; à méditer, non?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires