Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 08:21

De permanence pénale en ce moment et passionné depuis toujours par la résolution de faits divers compliqués, je trouve intéressant le débat récent sur la fin de Van Gogh, le 29 juillet 1890.

ll meurt après 48 heures d'agonie dans la chambre qu'il occupe à l'auberge d'Auvers sur Oise; depuis toujours on considère que, deux jours plus tôt dans un champ de blé, il s'est volontairement tiré une balle de révolver dans la tête.

Des auteurs, Steven Naifeh et Gregory White Smith, in "Van Gogh", chez Flammarion, considèrent qu'il a été grièvement blessé accidentellement par deux adolescents qui jouaient avec l'arme et que, dépressif, il a choisi de les "couvrir"; ces passionnés du peintre s'appuient sur la trajectoire de la balle et sur les derniers mots de Van Gogh aux enquêteurs le questionnant sur la véracité de son intention suicidaire: "Je le crois. N'accusez personne d'autre."

Au fond, ce "suicide tacite assisté", révélé tardivement, collait bien à la malheureuse trajectoire du peintre à ce moment de sa vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires