Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 05:49

Décidément, cette rentrée littéraire est pleine de réussites et de rencontres heureuses. Je viens de faire celle de Philippe Jaenada qui s'est intéressé depuis longtemps aux héros de faits divers ("Sulak", pour le cambrioleur Bruno Sulak, en 2013 chez Julliard; "la petite femelle" toujours chez Julliard en 2015 pour Pauline Dubuisson condamnée en 1953 pour le meurtre de son ami). Cette fois, dans le tout neuf ouvrage "la serpe" chez Julliard toujours, Philippe Jaenada s'attaque à un triple meurtre (le père, la tante, la bonne) à coups de serpe dans la nuit du 24 au 25 octobre 1941 dans le château d'Escoire en Dordogne. Dans l'aile opposée du château dormait semble-t-il Henri Girard, le fils, accusé comme un suspect idéal et jugé par la Cour d'Assises. Défendu par le célèbre avocat parisien Maurice Garçon, qui a sa demeure secondaire à Ligugé, Henri Girard est acquitté.

ll part au Vénézuela avec toujours la suspicion de l'opinion publique sur lui, en revient sans un sou et va connaître la célébrité sous le pseudonyme de Georges Arnaud avec "le salaire de la peur" dont Henri-Georges Clouzot fera le chef d'oeuvre du cinéma que l'on sait. Henri Girard meurt en 1987 dans une certaine indifférence.

Philippe Jaenada s'est déplacé sur les lieux, est allé aux Archives départementales, a refait le dossier -un brin bâclé-. C'est un ouvrage passionnant, qui se lit d'une traite malgré plus de 600 pages!

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires