Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 17:44

Etrange sensation, chaque soir en Chartreuse, de voir la nuit tomber, insensiblement, vers le noir parfois le plus complet.

Comme chez Ramuz, je crois aussi que la montagne est un être vivant, quasiment une personne, pour qui la nuit est un moment secret, solennel, mystérieux, qui échappe au contrôle de l'homme.

A propos d'une discussion sur le cirque de Gavarnie, il m'a été fait cadeau affectueusement il y a quelque temps d'un superbe livre: "103 écrivains, Une lecture des Pyrénées d'ouest en est, du XVI ème au XXI ème siècle", par Anne Lasserre-Vergne, aux éditions Cairn; ce fut en Chartreuse mon livre de chevet, me permettant de dormir ainsi avec la comtesse de Ségur, Baudelaire, George Sand, Flaubert, Edmond Rostand, Zola et tant d'autres qui séjournèrent dans les Pyrénées, souvent à Cauterets.

Mais sur la montagne la nuit, je me suis délecté de Victor Hugo écrivant en 1843 au peintre Louis Boulanger et d'Eugène Viollet-Le-Duc racontant en 1833 à son père une nuit éblouissante à la belle étoile: tous les deux ont compris que la montagne a une âme et que la nuit est son monde auquel nous n'accédons pas. Ou si peu (Hugo termine en disant qu'il est partagé entre point d'exclamation et point d'interrogation).

C'est le bonheur de la lecture, toujours. Un proverbe arabe ne dit-il pas: "Le bonheur d'un homme est entre les seins d'une femme, sur le dos d'un cheval et entre les pages d'un livre"?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires