Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 01:57

La disparition récente de Simone Veil m'a fait aller vers la lecture, en livre de poche tout récent, de sa biographie, "Une vie", d'abord publiée chez Stock en 2007.

Je savais bien sûr qu'elle avait été magistrate, mais sans connaître les détails de sa carrière.

Simone Veil fut donc magistrate à partie de 1954 et pendant une quinzaine d'années, d'abord à l'Administration pénitentiaire puis à la Direction des Affaires Civiles et du Sceau dans les cabinets d'Edmond Michelet,  de Jean Foyer et de René Pleven. Et enfin au secrétariat général du Conseil Supérieur de la Magistrature, ce qui lui permit d'échanger régulièrement avec Georges Pompidou qui, en qualité de président de la République, était aussi président du CSM.

A la Pénitentaire, ayant encore le souvenir de la déportation, Simone Veil, à l'administration centrale, sillonna le territoire, et même en Algérie, et visita le plus de prisons qu'elle pouvait, y compris pendant les vacances avec sa famille, s'insurgeant contre les conditions souvent infectes de détention; elle insista notamment sur celles des femmes, en particulier à Rennes, et sur celles des détenus Algériens, dont beaucoup de condamnés à mort qu'elle fit transférer en métropole.

A la Direction des Affaires Civiles et du Sceau elle s'employa à tenter de sortir les malades mentaux de l'ignorance crasse dans laquelle les pouvoirs publics les abandonnaient et fit avancer le régime de l'adoption.

C'est une période de sa vie dont on parle assez peu mais qui l'a marquée, où elle a fait de grandes choses et où elle s'est nourrie de la réflexion juridique immense de personnes éminentes comme le juriste-"sociologue" Jean Carbonnier sur l'adoption ou le magistrat André Perdriau sur la réforme pénitentiaire.

Un livre vraiment à conserver dans sa bibliothèque et à conseiller à notre jeunesse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires