Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 18:20

Réfugié pendant la dernière guerre dans la Vienne, le compositeur Maxime Dumoulin s'y  est installé, à Châtellerault, où il fut professeur de musique. Je me souviens, dans ma jeunesse musicale, du côté de la Taupanne,de cet homme courbé par l'âge, portant souvent un coffret à violon à la main.

Il existe une association des amis de Maxime Dumoulin qui organise demain à Poitiers à partir de 18 h 30 aux Archives départementales route de Limoges une conférence suivie d'un concert de passages d'œuvres du compositeur châtelleraudais (suite en la pour piano, mélodies, sonates pour piano et violoncelle). Voilà un bel hommage.

Châtellerault a donné le nom d'une de ses rues à Maxime Dumoulin, dans le secteur du quartier dit des Vieillards; il en reste encore à attribuer pour des personnes disparues qui ont beaucoup fait pour notre ville!

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires

Mornet 02/08/2017 18:27

J'ai eu adolescent, l'honneur et le plaisir de l'avoir comme professeur en cours de solfège, souvent en remplacement d'un titulaire absent. Les souvenirs sont furtifs, mais je me souviens encore de l'émerveillement qu'il suscitait lorsqu'il démontrait, avec ses doigts agiles qui nous laissaient bouche bée, la différence entre un mode mineur et un mode majeur. Dans d'autres circonstances, il a été mon accompagnateur lors de concours publics. On lui posait une partition sous le nez et, quelle que soit la difficulté de l'oeuvre, il jouait, sans effort apparent. Quand une seule main lui suffisait dans un passage, il tendait l'autre main vers le cendrier posé sur son piano. Tu évoques, Gilles, des souvenirs émouvants et aussi mille regrets de n'avoir pas plus profité de l'enseignement d'un des plus grands musiciens du vingtième siècle.