Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défendre notre territoire

Gilles-2.JPG

Me contacter

Comité de soutien

Jean-Michel BAYLET

(Président du PRG, ancien Ministre, Sénateur, Président du Conseil Général de Tarn et Garonne)

Dominique ORLIAC

(Députée du Lot)

Sylvia PINEL
(Députée du Tarn et Garonne)

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

(Vice-Président du PRG, ancien Ministre)

Marcel BOURGAREL

(Président d'une association caritative)

Philippe CALMEL

(Ancien Directeur de la Maison pour tous de Châtellerault)

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 05:44

Assistons-nous au retour des barbus? Depuis plusieurs mois, on voit des coiffeurs ajouter "barbier" sur leur vitrine tant une certaine génération, d'une certaine culture, aime se laisser pousser la barbe mais avec maîtrise, entre Serge Gainsbourg  et Marek Halter!

Cela me renvoie à un travail théologique de notre ami Roland Gaillon, lui-même faisant honneur à cette toison, sur "la barbe dans la Bible". Passionnant. Il y a en effet un symbolisme du port de la barbe, conscient ou inconscient, à expliciter, qui remonte à loin.

Puis l'actualité: il y a longtemps qu'un premier ministre de la République, ou un président du conseil, n'avait pas été barbu; ainsi Edouard Philippe vint. En même temps, comme dirait Emmanuel Macron, que le cinéma et l'exposition qui lui est consacrée à Paris ont remis un autre célèbre barbu à l'honneur: Auguste  Rodin, le sculpteur, incarné dans le film de Jacques Doillon par Vincent Lindon qui s'est laissé pousser la barbe pendant de nombreux mois pour être fidèle au personnage historique qu'il représentait.

Edouard Philippe et Vincent Lindon ont sans doute ceci en commun qu'il leur a fallu en peu de temps "apprendre la sculpture": modeler un gouvernement, arbitrer, réduire, augmenter, rectifier pour le premier ministre, malmener la pierre, la glaise, le plâtre pour l'acteur. Et pour les deux avoir de concert à la fois le souci du détail et l'œil de la perspective.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles MICHAUD
commenter cet article

commentaires